Deux grands maquis en Bas-Rouergue

Voir tous nos articles sur la résistance dans l’Ouest Aveyron : AveyronResistance.fr

INSIGNE RÉSISTANCE, MAQUIS BIR'HACHEIM & FOCH / 6 RI. - EUR 160,00 |  PicClick FR

En 1943 deux grands maquis sont constitués dans le Bas-Rouergue , le maquis Bir-hakeim à Brandonnet (qui n’est pas un maquis aveyronnais) et l’autre FTPF (Francs-tireurs et partisans) , le maquis d’Ols sur le causse d’Ambeyrac

Maquis Bir-hakeim

Le prestigieux maquis Bir-hakeim est le premier maquis du Bas-Rouergue installé en mai 1943 à Lestibi , commune de Brandonnet à quelques kilomètres de Villefranche de Rouergue . Fondé et dirigé par CAPEL Jean(H), Pseudonyme  commandant BAROT , membre du Parti communiste , Bir Hakeim sera cependant affilié à l’AS . Les premières recrues seront pour l’essentiel de jeunes toulousains , étudiants ou lycéens (35 hommes , le 25 juillet) . Des coups de main lui permirent d’acquérir un armement substantiel . Le renforcement de la garnison allemande de Villefranche-de-Rouergue avec l’arrivée , le 25 août, de Bosniaques et de Croates du 13e bataillon de pionniers de la 13e division SS (engagés de force) décida Capel du transfert du maquis dans le massif montagneux de lEspinouse dans l’Hérault . Après de perpétuels déplacements et nombre combats et coups de main , le maquis gagnera les Cévennes sur le causse Méjean au lieu dit La Parade . Le 28 mai au matin des forces allemandes formées de deux compagnies de fusilliers de la Légion arménienne (Ost Legion) renforcées par des groupes de mitrailleuses, de mortiers , de canons antichars et de pionniers) encerclent le cantonnement de Bir-Hakeim , Quatre-vingt maquisards contre huit cent soldats allemands , Capel, »commandant Barot » qui estima que la seule issue était de tenter une sortie et de percer l’encerclement afin de fuir fut fauché par une rafale de mitrailleuse . À la fin des combats , Bir Hakeim avait perdu trente-quatre hommes . Vingt-sept avaient été faits prisonniers, certains blessés . Amenés à Mende ils furent torturés , puis abattus . Il n’y eut que quelques rescapés.(Combats de la Panade)

Maquis d’OlS

C’est en août 1943 que la région FTPF D2 (L’Aveyron et le Tarn) décida de créer un maquis dans le Rouergue. Pour choisir son emplacement , Georges Delcamp(H) , membre du triangle de direction des FTPF de Toulouse, se rendit en Aveyron et , avec François Vittori (H)(Voir en annexe Vittori François-Antoine-Commandant Marc dans « Le Maitron« ) , choisit le lieu d’implantation : ce fut le village d’Ambeyrac . L’instituteur était François Marty (H), naguère en poste à Saint-Feliu-d’Amont dans les Pyrénées-Orientales . Il avait été muté d’office par Vichy . Il facilita les premières prises de contacts . Puis il fallut consolider le réseau de résistants jusque-là isolés , prévoir hébergements et nourriture. Tout cela fut réalisé en janvier et février 1944. Le maquis d’Ols compte 2 800 hommes au moment de la Libération .François-Antoine Vittori a raconté la genèse du maquis dans des mémoires écrites en 1945 et rassemblées dans un opuscule intitulé : « Le Maquis d’Ols » qui fut édité en 2004 par les soins de Louis Odru. (Maison départementale de la résistance d’Aubin)

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est image-32.png
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est image-33.png
Emplacement des maquis d’Ols et Bir-hakein

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s