Les notables Aveyronnais en 1939/1945

Voir tous nos articles sur la résistance dans l’Ouest Aveyron : AveyronResistance.fr

À la veille de la guerre, comme les parlementaires, les notables locaux dans le département de l’Aveyron gardaient une position et une influence à peu près inchangées depuis la période pré-révolutionnaire. Presque exclusivement catholiques et anti-communistes forcenés ils exerçaient une grande influence et accaparaient la plupart des postes de responsabilité. De nombreux maires et conseillers généraux sont de grands propriétaires, des médecins, des notaires, des avocats…Ils approuvèrent sans limite l’idée de Pétain de restaurer une « société corporative, familiale, rurale et chrétienne. En Aveyron, cela au moins n’est pas douteux, elle lui assurait l’adhésion du clergé, des officiers de carrière, des notables politiques et administratifs, des propriétaires fonciers et surtout des masses paysannes, corporative, familiale, rurale et chrétienne ».

Dans l’ouest Aveyron, les maires de Decazeville et Capdenac, Ramadier et Grès ont été destitués (Ramadier remplacé par le notaire Tourtonde qu’on retrouvera avec d’autres maires chez le Maréchal, voir ci-dessous) Celui de Villefranche de Rouergue, Louis Fontanges est resté en poste et démis à la libération.

Bonnefous ( maire de Rodez (1935-1944) et Caussignac, maire de Millau(1936-1945) seront destitués de leur mandat à la libération. Bonnefous, relais important avec Vichy, curieusement, n’en poursuivra pas moins une carrière politique de conseiller général à sénateur jusqu’en 1976.

« Monsieur le préfet Marion en compagnie du docteur Bonnefous, maire de Rodez et président de l’association des maires du dépaartement a voulu prendre la garde sur la voie ferrée la nuit de Noel »

Le 5 Février 1944 une délégation de sept maires de l’Aveyron conduite par Bonnefous, maire de Rodez et Tourtonde maire de Decazeville , se rend à Vichy et apporte à Pétain les « richesses »caractéristiques de la production du département : nourriture et artisanat. Les paroles échangées reproduites dans la presse entre Pétain et Bonnefous ne pouvaient que réjouir les aveyronnais. Laval quant à lui se trouvait « impressionné par la volonté de servir qui animaient ces représentants » (rapport du commissaire de police de Rodez)

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est image-4.png
La Croix de L’Aveyron 13 février 1944

Au niveau des députés élus en 1936, Ramadier restera tranquillement à Decazeville sans activité résistante. Joseph Bastide qui s’est abstenu pour le vote des pleins pouvoirs à Pétain n’aura lui aussi aucune activité résistante et curieusement sera élu à la libération à la première assemblée constituante. François Martin qui a voté les pleins pouvoirs à Pétain sera nommé membre du conseil national de Vichy puis préfet de Montauban de 1940 à 1943 et sera titulaire de l’ordre de la Fracisque. Emmanuel Temple député de droite de 1936 à 1942. Avocat, il a voté les pleins pouvoirs à Pétain, il appartiendra au Conseil National, organe consultatif du régime de Vichy et exercera à ce titre les fonctions de préfet d’Alger et de gouverneur général de l’Algérie.

Les sénateurs Monsservin et Coucoureux seront membres de la commission administrative vichyste du département.(On y retrouvera Tourtonde le maire désigné de Decazeville très actif jusqu’en 1944 dans cette commission)

Délibération de janvier 1941

L’équipe départementale de la Légion française des combattants était composée exclusivement de notables. Pierre mignonac, un commerçant, conseiller municipal de Rodez tendance PSF ( droite conservatrice à tendance nationaliste) en est le président. La liste des présidents de la légion comptait nombre de maires, d’adjoints, de conseillers municipaux, de conseillers généraux. En octobre 1940 : 350 sections communales (307 communes en Aveyron) , dans les plus grandes villes, il y a plusieurs sections. L’analyse de la liste des présidents des 305 sections communales de la légion en Aveyron au 31 décembre 1941 permet de constater sans surprise une nette majorité d’anciens combattants de 1914/1918. De nombreux présidents(44 %) occupent des fonctions d’élus.On compte parmi eux 52 maires, 11 adjoints, 72 conseillers municipaux. 41 de l’ensemble sont issus du monde agricole, puis des commerçants et artisans (12,5 %) ,des membres des professions libérales (Notaires ,avocats ,médecins des écclésiatiques et des militaires. A l’occasion de la fête du 1 er mai 1941 à Decazeville, un rapport note « Pas d’ouvriers, pas de mineurs, une tiédeur suspecte à l’égard de la Légion »(ADA ,11 MC 7 20)

En Aveyron, après quelques mois « d’agitation résistante » les valeurs et idéaux issus des combats de la libération ont disparu et les conservateurs et notables ont très rapidement repris leurs positions d’avant guerre, subissant une éclipse beaucoup plus courte que dans le reste de la France.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :